Nourrir son âme

Noel arrivera maintenant bien vite et je ne peux m’empêcher de penser aux nombreuses personnes vivant dans la souffrance et dont la période de fêtes ravive les blessures. Car la souffrance peut revêtir plusieurs aspects; physique pour les personnes atteintes de maladies ou de traumatismes, morale pour nos semblables frappés d’exclusion ou de solitude, psychique pour les gens impactés par notre mode de vie conduisant à l’individualisme, financière pour les jeunes et moins jeunes sans travail ou les retraités au minimum vieillesse. Bien sûr, j’oublie probablement d’autres causes de souffrances et vous me le pardonnerez car l’objectif de ce message n’est pas de nous donner mauvaise conscience mais au contraire de nous faire prendre conscience que finalement nous n’avons que peu de raisons objectives de nous plaindre.La plupart d’entre nous mangent à leur faim chaque jour, disposent d’un logement, vivent avec des rentrées financières régulière, et c’est déjà pas si mal.

Je vous propose la lecture d’un texte, court mais résumant bien à mon sens, de ce qu’est l’existence et de ce que nous pouvons en faire et donc en attendre.

Bonne lecture.

Texte de Baltimore 1692

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :